C’est après une introduction menée avec brio par Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la communication, que François Hébel, Directeur des Rencontres d’Arles, a annoncé vendredi dernier la programmation de la 44e édition de ce festival. Cette année sera… noir & blanc… au grand étonnement de certains, et la plus grande satisfaction d’autres ?

Source : http://www.rencontres-arles.com

Source : http://www.rencontres-arles.com

François Hébel s’est en effet rappelé, amusé l’effet qu’avait produit l’annonce de sa première programmation en couleur, en 1986 : « j’avais, avec beaucoup de naïveté et d’insolence, mis de la photographie en couleur. Le résultat a été des démissions au Conseil d’administration des Rencontres, et certains courriers de protestation. ».  Serait-ce ici une revanche sur le passé ou simplement une lucidité évidente sur un besoin de retour aux sources dans un monde ou l’image est omniprésente ?

Ce choix étonnera, intriguera et peut être révoltera les plus avant-gardistes, ou pas, mais ce dont on est sûr, c’est qu’il aura le mérite de faire parler…. Il sera surtout l’occasion pour les jeunes et moins jeunes de voir ou revoir la photographie sous ses couleurs originelles.

Quelle place le noir et blanc occupe-t-il aujourd’hui ? Réalisme ou fiction, poésie, abstraction ou pure nostalgie ? C’est la question à laquelle tentera de répondre le festival à travers la présentation d’une cinquantaine d’expositions de photographes jeunes et moins jeunes utilisant des techniques allant de la chambre noire aux nouveaux procédés de transformation numérique. Pas de barrière donc sur cette édition. Juste un fil rouge qui ne manquera pas de susciter la créativité.

C’est ainsi que nous pourrons découvrir avec délectation les œuvres de Hiroshi Sugimoto, Pieter Hugo mais également de jeunes talents pour qui Les Rencontres d’Arles seront une première occasion de se faire connaître. Par ailleurs, à la demande de l’Institut français, une commande a été passée auprès de douze photographes pour photographier les traces sociales dans le paysage d’Afrique du Sud. Nous sommes convaincus que le résultat méritera le déplacement.

Un mélange des genres qui fera battre le record de participation ? La réponse, lors du bilan !

En savoir plus : Rencontres d’Arles Créé en 1970, ce festival d’envergure désormais internationale se produit chaque année pendant l’été, et revendique la mise en avant de production inédites. Certaines années, un artiste s’est vu confier une partie de la programmation du festival, comme Martin Parr en 2004, Raymond Depardon en 2006, le couturier originaire d’Arles  d’Arles Christian Lacroix en 2008, ou bien Nan Goldin en 2009. Programmation des Rencontres d’Arles 2013   Lire aussi : Martin Parr, son univers impitoyable Le photojournalisme : un avenir rose ou morose ? A l’abri de rien… un sujet qui ne quitte pas l’actualité… Emilio Morenatti, un photoreporter admirable ! La nouvelle publicité Leica déchaine les passion    

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.